Formation
Le contre-interrogatoire des plaignants en matière de crimes sexuels
Jeune Barreau de Montréal

22 février 2017
12 h 15 à 14 h
Durée : 1,5 h

Cour d’appel, salle RC-22
100, rue Notre-Dame, Est
Montréal


Conférencière : Me Magali Lepage, Lepage Carette SNA

Détails

Les conférences JBM-CAIJ

Le contre-interrogatoire est souvent l’unique moyen de tester la crédibilité d’un témoin, particulièrement en matière de crimes sexuels. Il permet de mettre à jour des inexactitudes ou de suggérer des incohérences qui permettront ensuite à l’avocat de plaider la fragilité d’un témoignage. Cela dit, le contre-interrogatoire des plaignants est délicat et soumis à ses propres règles : celui des enfants est un exercice de haute voltige qui nécessite une préparation particulière. Ainsi, nous aborderons les règles spécifiques qui encadrent l’admissibilité en preuve des antécédents sexuels du plaignant et les règles que doit respecter l’avocat qui contre-interroge un enfant.

Notre conférencière

Diplômée de l’Université de Montréal, Me Lepage fut admise au Barreau en 1995 après avoir effectué un stage en droit criminel chez Hébert et Bourque, tel qu’il était alors. Elle a depuis pratiqué au sein de ce cabinet, exclusivement en droit criminel, pénal et disciplinaire. Conjuguant intérêt personnel, action bénévole et aptitudes particulières, elle s’est rapidement retrouvée au service d’accusés faisant face à la justice criminelle en matière d’agression. Soucieuse de maintenir ses connaissances à jour et de partager son expérience avec les futurs avocates et avocats, elle est professeure de droit pénal et de représentation à l’École du Barreau et a participé à de nombreuses conférences spécifiques aux crimes sexuels.


Accéder au site

2017-02-22 12:15:00 2017-02-22 14:00:00 America/Toronto Formation : Le contre-interrogatoire des plaignants en matière de crimes sexuels Le contre-interrogatoire est souvent l’unique moyen de tester la crédibilité d’un témoin, particulièrement en matière de crimes sexuels. Il permet de mettre à jour des inexactitudes ou de suggérer des incohérences qui permettront ensuite à l’avocat de plaider la fragilité d’un témoignage. Cela dit, le contre-interrogatoire des plaignants est délicat et soumis à ses propres règles : celui des enfants est un exercice de haute voltige qui nécessite une préparation particulière. Ainsi, nous aborderons les règles spécifiques qui encadrent l’admissibilité en preuve des antécédents sexuels du plaignant et les règles que doit respecter l’avocat qui contre-interroge un enfant. Consultez la formation sur Le Calen-Droit du Québec : http://lecalendroit.com/mois/details/f024.html Cour d’appel, salle RC-22 | 100, rue Notre-Dame, Est, Montréal Jeune Barreau de Montréal slenoir@ajbm.qc.ca